Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, a procédé, le vendredi 5 juillet 2019 à Garango dans la région du Centre-Est, à la pose de la première pierre marquant le lancement des travaux des infrastructures du CAP4.

Dans son combat pour le développement des infrastructures rurales et pour l’émergence de véritables chaînes de valeur performantes dans les filières agricoles, le Burkina Faso, accompagné par le Royaume de Danemark, a mis sur pied des programmes dans les secteurs stratégiques pour le bien-être social et économique des populations. Ainsi, en 2013, le Programme de croissance économique dans le secteur agricole (PCESA) a vu le jour. Le PCESA est la refondation des programmes PADDAB I (2000-2006) et PADAB II (2006-2012).

Il est financé par l’État burkinabè à hauteur de 8,325 milliards de F CFA. Le Danemark contribue avec 33,3 milliards F CFA et depuis 2018, l’Union européenne apporte 3,6 milliards. Troisième programme d’appui au secteur agricole, le PCESA contribue à une augmentation de la productivité des valeurs ajoutées et des revenus agricoles pour la réduction de la pauvreté. Il s’exécute à travers deux composantes que sont la composante A « appui à l’entreprenariat et au secteur privé », la composante B « appui à l’amélioration des conditions des cadres du secteur agricole »

Dans la réalisation de la composante B, on dénombre près de 280 infrastructures (parcs de vaccination, aires agropastorales, marchés de bétail) dans cinq régions dont 70 infrastructures dans la région du Centre-Est, pour un coup de 1,05 milliard de F CFA. Dans le but de booster la production, d’améliorer la qualité et la commercialisation des produits des filières retenues, par une optimisation du cadre stratégique légal et règlementaire du tissu d’infrastructure, le PCESA, à l’issue des travaux de la 4e session du comité d’approbation des projets CAP4 de la région, a décidé la construction de trois magasin de stockage de maïs d’une capacité de 500 tonnes dont un avec une ligne de nettoyage et d’un magasin de stockage d’amandes de karité de 500 tonnes.Le montant global de ces infrastructures est de 600 millions de francs CFA pour les projets du CAP4 dans la région du Centre -Est.

Le ministre Safilou Ouédraogo a exprimé sa reconnaissance au Royaume de Danemark pour son accompagnement à l’accroissement des filières agricoles telles le karité, le niébé, le maïs et le bétail-viande. Il a exhorté fermement les acteurs à s’impliquer et à agir main dans la main, afin d’améliorer les conditions de vie des populations, en particulier les ménages pauvres et vulnérables, pour un succès du programme. Pour le maire de Garango, Célestin Zouré, c’est un honneur et un plaisir pour sa ville d’être bénéficiaire d’un tel ouvrage. Au-delà des capacités de stockage et de la mise en marché du maïs, sa commune, dira-t-il, verra la création d’emplois directs ou indirects, l’accroissement des recettes avec la location du magasin.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *